Sédentaire

A l’ouest
ou comment on dit encore,
concentré.

Son regard
dans le cadre de l’horloge
pointant vers nulle part,
impressionnant.

Comme s’il mangeait des yeux
les tourniquets
qui achèvent
leur ralenti.

 

Mais la fuite prend le large,
son visage en prend plein la gueule.
Et elle sourit à peine,
les traces apprivoisent le corps.

 

Il n’était pas à court de recours.
Non, mais l’instant
le guidait dans la pose.

Il n’y a pas que les acteurs
qui adoptent cette posture;
la preuve, si ils en usent.

Ainsi, il n’était plus là.
Ou plutôt en suspension,
en réflexion;

à se rappeler des histoires
mouchardes, banales,
en extension vers le néant.

cherche cherchecherch cherchecherche cherche …

ce qui pourrait
le faire bouger, se déplacer
un tantinet, un tant soit peu
même un poil, même un peu.

 

Mais la fuite prend le large,
son visage en prend plein la gueule.
Et elle sourit à peine,
les traces apprivoisent le corps.

 

C’est le tic tac de l’horloge
toujours à la même place,
l’oeil mécanique dans sa loge
qui n’voit qu’le couloir.

Il peut moisir ici,
il peut rester comme ça
témoin de l’endroit,

et puis …